Ce soir, j’étais seule chez moi un samedi soir, rare et inédit depuis quelques semaines ! Si certains angoissent à l’idée de se retrouver seul(es) dans un grand appartement moi au contraire il ne m’en faut pas plus pour être super excitée !! (Et comme j’avais passé une super journée avec mes copains la veille, à la soirée Karaoké de la Felicita, ce soir j’avais envie de rester tranquille chez moi et après une petite journée « chill » avec au programme footing, repos, rangement/tri/vente et geekage, je suis allée faire des courses et j’en ai aussi  profité pour cuisiner avec les restes : soit une butternut acheté il y’a 2 semaines et 3 pommes de terre, achetée par mes parents il y’a je ne sais combien de temps !! (Plus d’un mois car elles sont là depuis que je suis rentrée de Lyon haha) !

J’ai fait 3 cuissons différentes : 

  • Une sorte de soupe/purée de carottes mais rien de très concluant donc passons (je regoutterais demain chaude avec des graines de courge, levure maltée, thon et toasts).
  • Une poêlée avec 1 oignon rouge émincé revenu dans de l’huile de coco, avec 3 pommes de terres coupées en dés (le tout bien confit ensemble : un régal). Pour la petite histoire, il me restait 3 pommes de terres (complètement germées de partout), j’avais aussi 1 oignon rouge (je revenais à l’instant de faire mes course et vraiment par hasard j’avais pris un oignon rouge. En effet, à la base j’étais partie pour acheter des oignons jaunes pour mettre dans une soupe et finalement il n’y en avait plus du coup je me suis rabattue sur l’oignon rouge et ça s’est avéré être parfait pour cette poêlée car le petit goût sucré de l’oignon rouge se marie vraiment parfaitement avec les pommes de terre ! C’était une tuerie : cuits longtemps et doucement, donc le tout était bien fondant : j’ai déglacé au vin blanc et à la sauce soja en fin de cuisson pour donner du goût et j’ai rajouté une cuillère de moutarde : c’était nickel !! J’ai rajouté de l’eau plusieurs fois dans la poêle pour ne pas que ça accroche et surtout pour que les patates soient bien fondantes (c’est le dilemme de la cuisson à la poêle : éviter que ce ne soit trop grillé à l’extérieur et encore cru à l’intérieur) 🙂 
  • Un grand plat à gratin avec la butternut coupées en dés, assaisonnée et rôtie au four ! J’ai mélangé les cubes de chair (que j’avais épluché avant) avec un peu d’huile d’olive, du paprika/ras-el-hanout/muscade/quintette d’épices, direct dans le grand plat à lasagne vert puis enfourné assez longtemps à 220° (j’ai pas compté) : j’ai mélangé 2/3 fois et j’ai rajouté un peu d’eau en fin de cuisson pour les rendre bien moelleuses ! C’était top ! (Je n’ai pas regardé l’heure mais je pense qu’il faut bien compter 45 min-1 heure (il faut s’y prendre à l’avance c’est sur mais là j’étais en train de cuisiner et ranger mes courses donc je n’ai même pas vu le temps passer et j’ai même eu le temps de laisser reposer le plat dans le four éteint pour que les saveurs ressortent c’est toujours un délice). On en parlait avec des amis du côté pratique (pour les flemmards) de cuire des légumes au four car pas de poêle à nettoyer et rien à surveiller (un peu de loin pour pas que ça crame mais ça ne risque pas d’accrocher comme dans une poêle) : zou on mets tout dans un plat à gratin et roulez jeunesse.

 Dans mon bol bleu (assez large), j’ai mis d’un côté la butternut rôties en dés et de l’autre côté, la poêlée oignon rouge-PDT : un RE-GAL !! En tout cas, une fois de plus, ça prouve que c’est souvent en improvisant avec les restes qu’on fait les meilleures recettes : raison pour laquelle je ne suis plus de recettes à la lettre !! Haha 
J’avais également fait cuire du riz complet (acheté en vrac) le midi même du coup, je me suis resservie un bol avec le riz complet (froid) mélangé avec les petits oignons rouges confits avec les dés de pommes de terre et la butternut rôtie : c’était une dinguerie !!! Tellement hâte d’avoir une vraie grande cuisine pour pouvoir me faire des petits plats vegan comme ça au quotidien !! Ca va être trop cool !! 🙂